Annual Volumes

Women and Money

Les clientes des banques au Liban : leurs caractéristiques et leurs comportements financiers et bancaires (Suzanne Abou Rjeili)

Cet article analyse les résultats d’une enquête par questionnaire financée par l’Association des Banques du Liban, et réalisée auprès de 364 femmes volontaires, clientes d’un échantillon des banques. Il révèle ainsi que ces clientes sont plutôt jeunes, sont en majorité de niveau universitaire et actives sur le marché d’emploi. S’agissant de leurs comportements bancaires, ces femmes semblent exploiter leurs économies pour améliorer leurs conditions de vie personnelles et familiales actuelles et futures, en évitant les investissements risqués, voire même les projets financiers. Dès lors, leurs comptes sont plutôt créditeurs que débiteurs. Elles choisissent leurs banques pour des motifs interpersonnels ou imposés par leurs employeurs plutôt que pour la qualité des services rendus, mais elles sont généralement satisfaites à ce dernier niveau.(Article en arabe)

 

A Space for Power or a Space for Living:Egyptian Working Women… (Ahmad Zayed)

This research try to verify the following hypothesis: Do the process of winning money, bring Egyptian working women to build power, or does it help them to make a living & reinforce the cohesion of their families? To answer this question, twenty in depth interviews have been conducted with married working women. A qualitative analysis studied their relation to money, their ways of spending it & the role of money in their life. The field results are presented in many pictures, each one illustrating one case. The research reveals that the power money brings to women, enable them to accumulate a social capital that contribute to stabilize their life & secure their future.(Article in Arabic)

 

Femmes, écriture et propriété intellectuelle (Maud Stephan)

Les femmes ayant investi le domaine de l’écriture romanesque, l’article se propose d’aborder leur attitude par rapport à la profession d’écrivain, la manière dont elles gèrent leur relation aux éditeurs et leurs droits patrimoniaux, ainsi que la perception de leur œuvre transformée en bien marchand. Des entretiens avec 3 romanciers et 3 romancières ont montré qu’hommes et femmes font face aux mêmes difficultés liées aux problèmes de la distribution sur les marchés arabes, qui font de l’écriture une activité peu lucrative. Ecrire des romans ne pouvant devenir une profession à part entière, ils ont tendance à adopter une attitude de désintéressement, spécifique des artistes et écrivains du sous champ de la production restreinte. La reconnaissance des pairs et la constitution d’un capital symbolique leur assure une présence internationale qui est prioritaire par rapport aux gains matériels issus de la vente de leur œuvre sur le marché arabe. Les romancières perçoivent pourtant l’argent gagné comme un symbole de leur indépendance et s’expriment avec plus d’enthousiasme sur leur écriture, vécue comme une transgression.(Article en arabe)

 

Le bien, l’argent et le conflit conjugal (Aicha Harb)

Personne ne nie l’importance du bien (l’argent) dans notre vie quotidienne en général et dans la vie conjugale en particulier. L’argent d’une part se considère comme moyen pour améliorer, perfectionner notre vie, mais d’autre il se considère comme moyen de dispute et de conflit entre les époux ce qui perturbe la vie conjugale, et mene quelque fois au divorce aussi. Une enquête concernant le sujet appliqueé sur 1000 femmes (500 femmes travailleuses et 500 non travailleuses) nous indique que 38% des femmes travailleuses se disputent beaucoup et d’une façon insupportable avec leurs maris à cause de l’argent, face à 13% des femmes non travailleuses (le premier equivaut à 3 fois le second). Des entretiens collectifes (focus groupe) et individuels appliqués sur 24 femmes divorcées (17 travailleuses et 7 non travailleuses) nous montrent que l’argent contribue et facilite le divorce chez les femmes travailleuses tandisque les femmes non travailleuses ne l’ont pas.(Article en arabe)

 

L'argent et la femme (Adnan Hobballah)

L'auteur essaye à la période des constructions de modernité dans la façon dont l'argent pourrait après le revenu à la vie matrimonial, à l'égalité entre l'homme et les envies de femme. Premièrement : Entrer de la femme à la vie pratique et la gagner pour l'argent lui faisant son individu soient indépendants dedans et la dépendance de vie pour l'homme soit libérée de elle, et son isolement dans sa position qui dépend de ses laques soutient son autorité. Deuxièmement: La femme elle est individu et sujet simultanément. Le sujet [le yshy'] en raison du travailleur de l'argent, aux marchés d'extrémités de la consommation. Déliré quels watchs dans le consommateur des marchés répandu sur l'espace, ou dans le corps de consommation de la femme et de son chapitre au sujet de son individu, dans la circulation de la publicité pour les marchandises ou pour la facilitation du film publicitaire de transactions, ou dans la prostitution du supérieur elle niveaux à affligé lui. La faiblesse se déplace de l'individu que la femme au sujet l'a matérialisée comme marchandises du consommateur c'est-à-dire la transformé en un objet, vis-à-vis de la poignée des dollars. - La femme se déguise derrière la matérialise pendant que le sujet du consommateur se cache derrière l'indépendance matérielle pour l'homme déliré, l'inviter de représailles de l'homme, tractions derrière lui la vassalité et la servilité, qu'il n'est pas égal davantage que ces dollars que la poussée d’elle avant de laisser l'endroit pour un autre. -Enfin l'argent réaliste sa vue pour se tenir et le symbolisme il est sujet du désir la femme têtue plus de lui le besoin, parce que cela qu'il des insuffisances essentielles compensent au sujet de elle. (sa passion pour les bijoux ). (Article en arabe)

 

Les biens des aïeules et leur impact sur les comportements financiers des femmes Touarègues (Meriem Bou Zeid)

Pour comprendre le rapport des femmes touarègues à l’argent, il faut voir de près, la nature de la propriété de ces femmes, qui se transmet à la totalité du groupe par voie matrilinéaire, et qu’on nomme al khebes . Cette notion de khabes est très ambigu et complexe et qui ne peut être, en aucune manière, confondue avec la notion de habous islamique, vue la distinction qui est de rigueur entre les deux notions et plus encore, les Touaregs en question (ceux de Djanet) font la distinction entre al khebes en tant que propriété indivise et l’héritage comme il est prescrit dans le Coran. Ces biens de femmes, des aïeules plus précisément, se sont transmis par écrit, d’une génération à l’autre et se perpétuent par voie orale, vu l’importance et la gravité de l’écrit qui était pour la première fois gravé sur la peau d’une gazelle. D’après le manuscrit étudié, on a pu constaté qu’il s’agit bien d’un appareil juridique très élaboré : le manuscrit est bien structuré et précis ; il débute par la citation des premières femmes propriétaires de ces biens et leurs descendances, cite leurs noms et leur appartenance tribale, puis, à l’intérieur du document, il y a une énumération des biens d’ al khebes, d’une manière générale(sources d’eau, terres,,,), citation détaillée et précise des palmiers dattiers, essentiellement : son nom vernaculaire, le nom de la personne qu’il a planté, l’endroit où se trouve le palmier, …le document se termine par une mise en garde de toute personne qui transgresserait cette loi ancestrale car elle sera maudite. Le manuscrit ne laisse rien au hasard, en montrant le devenir de cette propriété dans le cas de la disparition des premières femmes et leur descendance utérine, et en désignant le nom des femmes qui seront les gardiennes de ces biens et veilleront à leur perpétuation. A Djanet(Oasis située à l’extrême sud est d’Algérie), pays des Touaregs sédentaires, les femmes actuellement, se donnent toutes entières au travail salarié, ce dernier étant devenu de plus en plus primordial pour les universitaires et autres femmes, vu les changements qu’a connu la société en général, et les femmes en particulier et cela grâce à l’enseignement, y compris l’enseignement supérieur. A travers ces activités énumérées, des femmes veulent changer certaines habitudes, comme l’indépendance matérielle pour s’adapter avec les nouvelles formes de consommation, certaines sont en quête permanente d’un corps idéal pour plaire aux autres, alors que d’autres préfèrent économiser leur argent pour garantir leur avenir. L’enquête nous a fait découvrir d’autres rapports que les femmes tissent avec le travail et l’argent : l’autosuffisance grâce à l’emploi et l’ouverture de nouveaux horizons purement professionnels, l’entretien de la grande maison familiale, qui est l’apanage des femmes, la rénover, l’équiper de tous les matériaux nécessaires et de luxe. A plus forte raison, que cette maison est un réel abri en cas de divorce, de veuvage ou vieillesse. Tout cela est un ensemble de nouveaux indices qui ont été introduit dans différentes institutions traditionnelles, y compris celle d’ al khebes , qui veut resurgir de nouveau, comme un trait de modernité que revendiquent les femmes.(Article en arabe)

 

Emigrées célibataires et argent (Dalal Elbizri)

Le sujet de cette contribution: les jeunes émigrés célibataires Libanaises , et le rapport qu’elles ont établi avec l’argent depuis cette émigration. Elle est basée sur une enquête-questionnaire traçant leur concept de l’argent , depuis leur adolescence jusqu’à leur indépendence économique acquise , grâce à cette même émigration. Ainsi que la projection de ce nouveau concept sur leur rapport avec le partenaire, ou l’imagination de ce rapport. Elles sont 11 jeunes, cadres et célibataires a avoir choisi des destinations diverses: le Golfe, l’Europe et le Canada. Un résultat général: l’écrasante majorité des interviewées ne perçoivent plus l’argent, ni son rapport à l’imagination amoureuse tel qu’elles le percevaient autrefois.(Article en arabe)

 

Arab Business women: a sociological reading (Aisha Ettaib)

The present paper seeks to explore how businesses are set up and managed by women. It also seeks to classify business women according to the socio-historical context related to globalisation and its social and economic impact and according to the Arab socio-cultural context. This paper considers “the owner of the firm” a term used to refer to those women who own small, middle and big sized firms in various sectors. The term is also used to refer to those women starting very small economic activities in “the second market” whether earning their living by keeping shops or selling clothes kept in their bags or following other strategies to make money. Arab women, irrespective of the money they invest or place in their small or big projects, have peculiarities which become apparent in the importance of their social investment and in the ways to highlight the cultural, symbolic and historical legitimacy of their economic activities. Field work shows how business women are skilled in making very functional a social and symbolic capital based on a network of strong social relations in their fields.(Article in Arabic)

 

Sudanese Business women in Small Enterprises (Widad Abdel Rahmman)

This paper has focused on the expenditure patterns of women who own micro-small enterprise (MSEs ) and home-based production units, and the decision making powers that these women have on their income . The significance of this study arises from two major aspects: first, the fact that women's work and their decision making capacity within their families is influenced by the patriarchal ideology, gender division of roles and the overall status of women. Second, in the context of poverty women's income becomes an important resource to the family and it is important to know how women make the balance in their income disposal. Also it is aimed to explore to what extent these women have their autonomy and ability to control their income. The study focused on women within urban settings in Khartoum State. A purposively selected sample was interviewed to gain more understanding about their processes and strategies in the intended issue. The results revealed that family well-being , especially children's health and education were with consensus, the most prominent aspects of women's income expenditure decisions. All the participants rightly perceive education (as a component of human capital) a top priority in their decision making scale. Also these women have shown high levels of altruistic behavior in expending their money to delight and care for other family members, and were found good contributors to the welfare of the family and the development of human capital.(Article in Arabic)

 

Saudi Businesss women (Hosn Abboud)

Through interviews with businesswomen in Jeddah and Riyadh, we examine the investment climate and barriers for Saudi business women. Six business women were chosen from among private investment companies, women banks, the stock market and female-owned firms for this qualitative case study. An outline of family background, education, and work experience is provided along with the career position, history, and successful stories of these women. In her business domain, each woman is a pioneer and is considered a model for the young generation. Saudi women’s active role in the finance and business sector, moreover, is a valuable tool for helping the government achieve the ninth development goal, of removing investment climate barriers and helping women promote gender equality.(Article in Arabic)

 

Young Lebanese Women Experiencing Professional and Financial Success (Noha Bayoumi)

The purpose of this paper is to know the reasons behind young women’s professional and financial success, why they pursue new free professions, start individual projects or work in private institutions for high wages. We were interested in knowing the private, familial and social incentives that participated in one way or another in realizing their professional and financial aims. This we did by studying the role of money in their educational, professional and private lives and the way they spend it. The study is a result of a specific approach and interviews and with fifteen young Lebanese women who have diverse specialties, professions and positions, their ages varying between twenty and thirty years, married (45%) and single (55%), besides six ladies with different specialties and positions whose ages are between forty and fifty and who are married, with two divorcees among them. All those women belong to the many different levels of the middle class. (Article in Arabic)

 

Le sac à main. Histoire, signe et symbole. (Elham Kallab)

Cette recherche se propose de sonder à travers les périodes historiques, la présence perpétuelle du sac, cet objet « inventé pour en transporter d’autres ». Au fil d’une profusion d’exemples et d’illustrations, elle traite de son universalité et des ses variante, entre Orient et Occident, citadins et nomades, riches et vagabonds, gens de métier et femmes du monde. Elle s’enquête sur la relation de la femme contemporaine avec son sac à main et s’interroge sur la relation du sac avec l’interdit, l’imaginaire, le contenant-contenu, l’argent, la fortune, l’indépendance et le pouvoir, depuis que les femmes possèdent cet objet précieux et secret leur propre sac à main.(Article en arabe).

 

Symboliques dans la représentation des femmes et des parures (Hind Al Soufi)

Quelle symbolique les bijoux induisent dans l'art? Par principe. Les bijoux reflètent la richesse de celles qui les portent. Mais la femme parée n'est pas riche en elle-même, elle exhibe plutôt la richesse de l'homme, ou de l'autorité qu'elle représente (comme dans le cas des portraits de la reine Elizabeth 1…). D'autre part le bijou prend une dimension nouvelle avec les Orientalistes qui parent les femmes nues de mille pierres. L'idée est d'exprimer l'érotisme et de plaire aux exigences et fantasmes des hommes. Alors que dans l'art figuratif Islamique, les miniatures, Arabes spécifiquement ne montrent qu'exceptionnellement les parures des femmes. Nous avons poussé notre recherche afin de trouver une explication dans la culture et le texte Coranique qui répugne richesse et accumulation de l'or et de l'argent. Toutefois, ce sont les miniatures turques qui se sont révélées les plus iconoclastes envers les bijoux sans mentionner que les femmes sont tenues voilées. Ce qui fatalement cache des parures qu'elles sont obligées par la loi à ne montrer qu'aux maris. Dans le temps moderne, c'est Stella Wine qui dans ses portraits de Lady D, ntame des portraits de Lady D exhibant ses parures. Alors que le modernisme est paradoxalement lié aux tendances abstraites, l'idéal de la femme moderne va en direction de la femme qui fait carrière et qui, des lors est moins sophistiquée que la séductrice et de ses accessoires… (Article en arabe).

 

The Economic Situation of Moroccan Immigrant Women (Mohamed Khachani)

التطورات الحالية للهجرة المغربية أبرزت المرأة كفاعل نشيط في هذه الحركية، فالمرأة كالرجل أصبحت تلج المجال الاقتصادي لدول الاستقبال بحثا عن ظروف عيش أفضل. اعتبارا لهذا، فعلاقة المرأة بالمال تصبح هنا علاقة مباشرة لانه نظرا للطابع الاستقلالي المتزايد لهجرة المرأة ، أصبحت العلاقة سببية.فالظروف الدونية التي أصبحت تعاني منها المرأة هي التي تدفع بها الى تبني المشروع الهجري. هذا البحث ينطلق في اشكاليته من تساؤلات عدة، كيف غزت المرأة المهاجرة المجال الاقتصادي لدول الاستقبال؟، أي الحجم التاريخي لهذه الهجرة، ما هو نموذج المرأة المهاجرة في هذا المجال؟ ما هو حجم الظاهرة؟ ما هي القطاعات المشغلة للمرأة المهاجرة و ما هو وضعها في سوق الشغل( أجيرات، مستقلات، مقاولات،...)؟ ما هو تأثير هذا الاستقلال الاقتصادي على وضعية المرأة المغربية المهاجرة و كيف انتقل دور المراة من فاعل ثقافي في ظل التجمع الأسري الى فاعل اقتصادي؟ (المقال باللغة الفرنسية). 


 

Additional Info

  • Volume: XIII
  • ISBN: 9953-0-0862-0
  • Editorial Committee: Hosn Abboud, Fadia Hoteit, Elham Kallab, Marlene Nasr
  • Year: 2008-2009
  • Pages: 496
  • Publisher: Lebanese Association of Women Researchers.

Please publish modules in offcanvas position.